Terrienne, de Jean-Claude Mourlevat, Gallimard Jeunesse, 2011, 400 pages, 16€, 9782070637232.

97820706372329782070637232_1

Résumé:

Suite à un étrange "appel" à la radio, Anne (l'héroïne du roman) part à la recherche de sa soeur disparue depuis un an... Pour cela, elle doit "passer" dans un autre monde... Aidée d'un écrivain septuagénaire rencontrée en stop, elle entre dans cet "ailleurs" aseptisé, sans odeur ni saveur, où tout est plat, fade, où même les habitants ne respirent pas, ne resentent rien... Les Terriens sont vus comme une menace dans ce monde, et, pourchassée, elle parviendra à se faire des alliés qui l'aideront dans sa quête...

 

Mon avis:

Mourlevat nous revient avec ce beau roman, et c'est avec bonheur que je me plonge dans sa lecture... Ici encore, on retrouve sa plume légère, subtile et toute entière au service du récit... J'ai bien accroché aux deux protagonistes du début du livre, Anne, l'héroïne, et Etienne Virgil, l'écrivain plein de doutes et auto-persuadé de sa médiocrité... Ces deux héros-malgré-eux sont attachants, et je les suis avec plaisir dans leur découverte "sidérée" de cet autre monde...

Cet ailleurs (la ville de Campagne notamment) est original et Mourlevat nous fait bien ressentir l'absence de relief dans la vie qui s'y déroule... L'interdiction de respirer donne une ambiance spéciale à la lecture, malgré moi, je ne fais plus de bruit en respirant, histoire de ne pas trahir les héros... Quand on "entre" comme ça dans un roman, on voyage vraiment, j'adore!

On retrouve aussi les grandes étendues, blanches, ou sombres, caractéristiques de l'univers de l'auteur, et on éprouve les même sentiments que les personnages, étonnement, inquiétude, surprise... Une fois de plus, Mourlevat nous fait toucher du doigt des yeux les notions clefs de notre humanité, comme l'amitié, l'amour, la mort... Mais il y ajoute cette sensation d'appartenance et d'attachement à notre "humanité", à notre condition de "Terrien"...

Cette histoire nous amène à réfléchir aussi sur les plaisirs simples de notre vie, sur la richesse des sentiments humains, et sur les dangers d'une "uniformisation" des goûts, des caractères...

J'ai aimé

  • cette faculté qu'à Mourlevat de nous faire entrer, en quelques pages, dans un univers à part, étrange, dérangeant, et fascinant...
  • la manière de nous ancrer dans la réalité en étant très précis dans les éléments "terrines" du roman: villes et villages de la région de St-Etienne, noms de famille toujours présents des personnages... (D'ailleurs, ça m'a plu parce que je connais ces endroits, mais n'est-ce pas un peu dérangeant pour les personnes qui ne sont pas de la région?... J'attends d'autres avis sur ce point)
  • l'originalité de l'intrigue, l'univers déstabilisant qu'il nous propose.
  • l'idée des "hybrides" qui permettent de mettre en évidence des degrés différents et intéressants dans les sentiments, les façons d'apprécier la vie...

J'aurai aimé

  • Encore un peu plus de profondeur pour les différents protagonistes.
  • Un peu plus de pages :)  (mais ça, c'est aussi le bon côté de l'auteur, il fait des romans "uniques", il n'y a pas de suites à rallonge, et du coup l'histoire ne s'essouffle pas)
  • Quelques éléments en plus pour développer l'amour de Bran et Anne, qui semble (à mon goût) assez soudain sans qu'on ressente pour autant la flamme d'un coup de foudre.