Les Ames vagabondes, de Stephenie Meyer, Lattes, 2008, 618 pages, 9782709630269.

images

Résumé:

La Terre est envahie. L'humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Mélanie Stryder vient d'être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l'être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu'elle ne peut pas oublier. L'amour pourra-t-elle la sauver ?

Mon avis:

Stephenie Meyer, vous connaissez? Mais si, Twilight! Ah, oui! Bon, contrairement à nos chers vampires, ce roman-là n'est pas un livre jeunesse. C'est une histoire style fantastico-SF très largement dominée par les amours des protagonistes. Pour être franche, après avoir lu tout plein d'excellentes critiques, je m'attendais à un très bon roman. Et, même si j'ai lu ce livre assez facilement et avec assez d'intérêt, j'ai été largement déçue sur de nombreux points. Je vais donc tenter de donner mon avis en soulignant ce que j'ai aimé, et ce qui m'a gênée.

Le résumé donne la trame de l'intrigue. L'idée de départ de l'auteur est géniale! Une sorte de vie extraterrestre, semblable à une cellule géante pleine de tentacules et argentée, envahie les planètes habitées pour prendre le contrôle de l'esprit des espèces autochtones et rendre la vie plus belle. Ces "Ames" se voient comme des êtres parfaitement pacifiques, honnêtes, dévoués... Bref, une fois les âmes insérées dans le corps de l'"hôte", ici les humains, les personnes ne contrôlent plus rien, et ces âmes vivent en les imitant, de manière à régler tous les problèmes de l'humanité. Seulement, les humains qui savent que cette colonisation avance se méfient et s'ils sont capturés, ils parviennent parfois à résister à cette intrusion. Cela donne donc, dans ce roman, une dimension originale d'un dialogue intérieur à Mélanie entre son esprit d'humaine, et cette âme qui "habite dans son corps". Melanie (l'humaine) et Gaby (l'âme) cohabitent donc, et comme Melanie résiste de toutes ses forces, la relation au départ est tendue. Donc cet aspect du roman est sympathique, parce que nous avons parfois des dialogues internes savoureux. L'humour n'est pas absent, le suspense est présent aussi (même si je l'ai trouvé mal géré par l'auteur).

J'ai également aimé les (trop rares et courts) passages sur les réflexions que suscitent cette invasion, à savoir où se situe la différence entre âme et corps, entre être humain et réelle humanité...

Dans sa quête pour retrouver son amoureux, Melanie (et Gaby) se retrouve(nt) dans une sorte de repère sous-terrain avec plein d'humains, et c'est dans cet univers confiné que se déroule l'essentiel de l'histoire. L'ambiance de huis-clos permet de s'intéresser aux caractères des différents personnages, et leurs réactions diverses face à l'envahisseur.

Pour en venir à ce qui m'a déplu, j'ai trouvé que le récit était long, souvent trop développé pour pas grand-chose... Des pages et des pages pour décrire l'ennui, ou des épisodes sans réel intérêt m'ont souvent freinée dans ma lecture. Les actions, et les début de suspense tombent souvent à plat... Je trouve dommage que l'auteur ne fasse pas intervenir plus d'éléments perturbateurs au cours du récit... Trop souvent un danger menace, mais sans finalement arriver... On dirait un peu que l'auteur s'est laissée déborder par son idée, elle a un bon point de départ, mais ne sais pas toujours donner du rebond au texte... L'histoire d'amour est à mon sens extrêment cliché... L'amour au premier coup d'oeil, plus fort que tout, envahissant et contrôlant entièrement l'esprit de Melanie, et par contre-coup de Gaby... Tout est assez radical et extrême dans les émotions. Les personnages changent parfois d'attitude sans réelles raisons... Bref, j'ai trouvé en règle général un très gros déséquilibre dans les développements: des moments à rallonge sur des choses inintéressantes, et un traitement trop rapide des événements importants des émotions intéressantes... L'histoire est très longue à démarrer, et semble se terminer très vite (150 dernières pages qui redonnent du rythme, enfin!) en happy end... Très jeunesse finalement dans son ensemble.

Enfin, j'ai été gênée aussi par le style de l'auteur (pourtant je n'avais pas eu cette sensation pendant mes lectures de Twilight). Il est lourd, parfois trop répétitif dans ses termes, descriptions et émotions ressenties par les personnages... Si en jeunesse je n'attends pas en priorité une belle plume (même si c'est un plus), j'avoue être plus intransigeante en littérature dite "adulte", et là, ce roman n'est à mon goût pas à la hauteur.

Pour résumer, si le livre était moins long, avec plus de suspense et mieux écrit, j'aurai plus profité de la bonne idée de départ et des personnages tous assez intéressants. Le conflit intérieur de Melanie/Gaby est l'occasion de réflexion sur l'humanité, la vie en autarcie fait ressortir des personnages secondaires différents et sympathiques, malgré une trame amoureuse un peu trop guimauve à mes yeux.

Lu dans le cadre d'une Lecture Commune sur Livraddict, organisée par Ayma. Vous trouverez les liens vers les avis des autres lecteurs de la LC sur son blog.