Les 100, Tome 1, de Kass Morgan, Robert Laffont (collection R), 2014 (à paraître le 23 janvier 2014), 378 pages, 17.90€, 9782221139720.

9782221139721

Résumé:

Depuis qu'une guerre nucléaire a ravagé la planète, l'humanité s'est réfugiée dans des stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de sa surface radioactive. Aujourd'hui, cent jeunes criminels sont envoyés en mission périlleuse : recoloniser la Terre. Cela peut leur donner une chance de repartir de zéro... ou de mourir dès leur arrivée.
Clarke a été arrêtée pour trahison, mais son véritable crime continue de la hanter au quotidien. Wells, le fils du Chancelier, est venu sur Terre pour ne pas être séparé d'elle, cette fille qu'il aime plus que tout. Mais saura-t-elle un jour pardonner son parjure aux conséquences fatales ? Bellamy, au tempérament de feu, a tout risqué pour rejoindre Octavia à bord de la navette : tous deux sont les seuls frères et soeurs que compte encore le genre humain. Glass, elle, a accompli la manoeuvre inverse et est parvenue à rester à bord de la station. Elle va vite comprendre que les dangers qui la guettent sont au moins aussi nombreux que sur Terre.
Face à un monde hostile ou chacun reste rongé par la culpabilité, les 100 vont devoir se battre pour survivre. Ils n'ont rien de héros, et pourtant, ils pourraient bien être le dernier espoir de l'humanité.

Mon avis:

Un roman qui cartonne à l'étranger, une future série TV chez CW, et un résumé alléchant : trois bonnes raisons de se plonger dans le premier tome des 100! Et le voyage fût très agréable, avec ce qu'il faut de suspense, d'action et de stress pour en faire une bonne saga de SF young adult comme je les aime.

L'humanité a quitté la Terre depuis des siècles, et les survivants vivent dans une station spatiale. Nous découvrons un monde clos, cloisonné, dirigé avec fermeté, voire sévérité, où deux "castes" cohabitent, l'une au service de l'autre. L'inégalité et l'injustice vécuent par certains nous rappellent les dystopies bien à la mode en ce moment. 

Nous découvrons dans ce premier tome comment et pourquoi 100 jeunes délinquants sont envoyés sur Terre, afin de "tester" si l'humain peut y retourner sans risque. Au lieu d'être mis à mort sur la station, ils sont envoyer là-bas sans presque rien pour survivre, et le peu d'équipement qui les accompagne est dispersé et abîmé lors de l'atterrissage catastrophe.

J'ai particulièrement aimé cette façon de revisiter l'idée connue et ancienne de "Sa Majesté des Mouches", à savoir l'organisation, en mode survie, d'un groupe d'adolescent livrés à eux-mêmes en territoire inconnu. Même si pour le moment nous découvrons surtout les quatres personnages principaux, le contexte et la trame de l'histoire, ce tome introductif remplit bien son rôle: planter le décor et nous captiver. Autant dire qu'attendre le tome 2 va nous sembler long !

Le style est simple et efficace, mais la construction originale (elle en déroutera peut-être certains). Nous alternons les points de vue des quatre héros, en découvrant leur passé à travers de nombreux flash-back. J'ai pour ma part tout a fait accroché à cette façon de faire, qui donne une vraie touche d'originalité à une série qui serait peut-être un peu "déjà-vu" sans ça. De plus, cela permet de donner de la profondeur aux personnages, de comprendre leurs émotions et leurs décisions. On évite également de suivre une histoire simplement divisée entre station spatiale et planète Terre, qui aurait sans cesse coupé l'intrigue. Cette construction donne un vrai liant au récit, et j'ai adoré voir comment ces jeunes ont grandi avant de devoir repartir à zéro dans des conditions extrêmes sur Terre.

On a l'impression, en refermant le livre, de vraiment connaître les quatre personnages, et de ne pas être totalement coupé de la vie à bord de la station, vu qu'une jeune fille, Glass, y reste (pour le moment...). Wells, quand à lui, est difficile à cerner. On passe par des émotions différentes le concernant tout au long du récit. Son amour pour Clarke le pousse à faire des choses extrêmes, voire folles ! Bellamy, à l'inverse, est assez antipathique au départ, mais on finit par s'y attacher, surtout lorsqu'on le regarde à travers les yeux des autres. Clarke, elle, est une battante, une vraie courageuse, qui a vécu des choses difficiles mais qui aime la vie, et les autres.

Ces quatre-là sont tous différents, mais quelles que soient leurs motivations personnelles, ils suivent la même direction : survivre aux épreuves de la vie, sans oublier pour autant de vivre, tout simplement.

Mention spéciale pour le message "écolo" porté discrètement par ce roman et qui donne envie de protéger notre Terre. Vivre dessus nous semble acquis et banal, mais c'est pourtant un cadeau précieux et fragile dont il faut prendre soin... Plus que des Humains, les quatre héros des "100" sont restés, malgré un exil de plusieurs générations, des Terriens !

Imagine Dragons - Radioactive