W.A.R.P., Tome 1: L'assassin malgré lui, d'Eoin Colfer, Gallimard, 2014, 391 pages, 18.50€, 9782070656585.

9782070656585FS

Résumé:

Riley, un orphelin de l'époque victorienne, se retrouve projeté dans le XXIe siècle, bientôt suivi par son maître, le diabolique Albert Garrick, illusionniste et tueur à gages, lancé sur ses traces et celles de Chevie Savano, la plus jeune et la plus intrépide des agents du FBI. Une hallucinante course-poursuite à travers le temps. Riley et Chevie sortiront-ils vivants de cette traque implacable ? Pourront-ils empêcher le redoutable Garrick de s'approprier les clés du programme WARP et de changer le cours de l'Histoire ?

Mon avis:

Eoin Colfer est l'auteur à succès de la saga Artémis Fowl, que j'ai adoré (c'est ICI !), et quand j'ai reçu ce livre grâce à mon nouveau statut de Chroniqueur On Lit Plus Fort Gallimard, j'ai été ravie ! L'idée de départ de cette nouvelle série est simple: un programme de protection de témoins d'un nouveau genre a été lancé en secret: les personnes à protéger sont envoyer dans le passé, là où personne ne peut les retrouver en attendant le procès. Une jeune agente en cours de formation, au caractère bien trempé et peu soumise au règlement, est chargée de surveiller une étrange capsule, à Londres, jusqu'au jour où elle s'ouvre sur un homme poignardé, accompagné du jeune meurtrier, couteau en main. Riley découvre ce XXIè siècle avec curiosité et angoisse, puisqu'il sent que son maître, le cruel Garrick, va le poursuivre jusque dans le futur. 

Ce premier tome met en place les éléments du voyage dans le temps, sui se fait sur une durée fixe, d'un gros siècle, et quin'est pas sans danger ni surprises. Des mutations et des échanges d'information entre les sujets au voyage sont observés, et rajoute une pointe de fantastique à ce récit de science-fiction, tout comme dans Artémis Fowl d'ailleurs! Les deux héros se chamaillent et se découvrent avec méfiance, rappelant là aussi le duo Artémis/Holly.

Le côté "enquête" du roman permet une intrigue bien ficelée et une lecture facile, des petits indices sont donnés au fur et à mesure de la lecture, et donnent envie d'avancer, d'en savoir encore plus. Les personnages secondaires sont pour le moment peu développés et assez en retrait en dehors du méchant magicien-assassin, bien sûr, mais cela ne pèse en rien sur le récit.

Bref, avec tout ces éléments de qualité, une intrigue prenante, du suspense et toujours autant d'humour, Eoin Colfer nous offre un début de saga prometteur. A conseiller tout de même aux bons lecteurs, dès 12/13 ans, puisqu'il faut suivre l'intrigue et ne pas se perdre dans les informations "techniques", qui rendent parfois le rythme un peu lent. Mais là -encore, comme pour Artémis, dont le début du premier tome n'accroche pas toujours les lecteurs, si on entre dans l'histoire, on ne veut plus lâcher les héros et l'univers si inventif de l'auteur! Le très bon travail de traduction de Jean-François Ménard est à saluer: il virvolte au gré des siècles avec beaucoup de dextérité et rend toute la subtilité des parlers des deux époques avec fluidité.

Bref, un premier tome qui réjouira les amateurs de science-fiction, de voyages dans le temps et de mystères, s'ils sont bons lecteurs, et qui laisse augurer une saga palpitante !


Cette chronique fait partie de mon partenariat avec Gallimard Jeunesse - On lit plus fort ! Merci encore à cette maison d'édition pour ce partenariat, qui fut une fois de plus une intéressante découverte.

88820796_p