Le Passage du Diable, d'Anne Fine, Ecole des Loisirs (Medium GF), 2014, 306 pages, 17.50€, 9782211209830.

9782211209830FS

Résumé:

Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère - qui l'a gardé reclus, à l'écart du monde extérieur, et qui n'a cessé de lui répéter qu'il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer. Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l'emprise de sa mère. Pris en charge par le Dr Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu'il tenait pour vrai jusque-là n'était qu'un tissu d'histoires racontées pour le protéger. 
Mais le protéger de quoi ? De sa vie d'avant, Daniel n'a gardé qu'une maison de poupée. Et pas n'importe quelle maison de poupée : c'est la réplique exacte de la maison natale de sa mère, une maison qui recèle de nombreux et sombres secrets. Jusqu'à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ?

Mon avis:

Je découvre avec ce roman une facette d'Anne Fine que je ne connaissais pas. Plutôt habituée à un style léger, drôle et sarcastique, j'ai été très étonnée de voir qu'elle excellait aussi dans ce roman mystérieux.

Autant commencer par là : quand j'ai lu les premières pages (le premier tiers du roman), j'ai tremblé dans mon canapé, j'ai fait des cauchemars et je me suis demandé ce que ce livre faisait en "jeunesse". Entre l'enfance cloîtrée du héros, la folie de sa mère, son acte de désespoir (que je tais pour ne pas spoiler) j'avais l'impression de m'enfoncer dans une noirceur étrange, effrayante et rare en littérature de jeunesse. Mais en avançant dans le récit, une autre dimension s'ouvre: la révolte tranquille poussée par l'amour, l'amitié et l'affection. La métamorphose de Daniel est spectaculaire, inespérée et inattendue. L'incompréhension et la stupeur de ce jeune adolescent se transforme en curiosité et en besoin de justice, comme pour tirer un trait sur la malédiction inexplicable qui semble peser sur lui et sa famille. Quelle singulière idée que cette maison de poupée comme fil directeur d'un secret de famille. Après mon désarroi des débuts, tout s'est mis en place, tout s'est illuminé, et je n'ai plus reposé ce roman avant de l'avoir terminé.

Difficile de trop en dire sans dévoiler le mystère, mais à travers les yeux de Daniel, on découvre l'histoire d'une famille tourmentée et habitée par un sombe mystère. Une part de fantastique vient épicer ce livre pas comme les autres, et, toutes proportions gardées, j'ai ressenti des frissons similaires à ceux provoqués par "Shining" ou "6è Sens". Sans en être tout à fait un, "Le Passage du Diable" est une sorte de thriller psychologique, où la tension est permanente. Mais l'auteure joue habilement avec nos émotions pour nous emmener, comme le héros, vers la lumière. 

Bref, je ne peux que très chaleureusement vous conseiller ce livre, que vous soyez adolescents (à partir de 13/14 ans) ou adultes, et pas trop sensibles (ou alors, évitez de le lire le soir!). A coup sûr vous serez surpris, envoûtés et abasourdis. Ce roman ne laisse pas indifférent et marque le lecteur comme le font certains récits d'histoires vécues extraordinaires, et autres légendes urbaines...