L'âge d'ange, d'Anne Percin, Ecole des Loisirs (Medium), 2008, 126 pages, 8.20€, 9782211092180.

l_c3a2ge-d_ange

Résumé:

Au Gymnasium, le lycée de la ville haute, il y a les jaguars, programmés pour la réussite, et quelques rois du ruisseau, des Gavroche et des Esmeralda égarés. Comme Tadeusz et ses mains rouges. Il porte des maillots de sport ou des chemises de bûcheron, vit en banlieue, excelle en russe.
Personne ne le connaît vraiment. Il est étrange, bizarre, solitaire, d’ailleurs.
Un peu comme cet ange, sans sexe et sans âge, qui se noie dans les pages des livres, au point d’en oublier les autres et son propre corps. Un ange de dix-sept ans qui pense, dort, rêve en grec, sa matière préférée. Une passion qui s’incarne dans Amours des dieux et des héros, le livre le plus précieux de la bibliothèque du lycée.
Un jour, cette raison d’être disparaît des rayonnages.
À son retour, le livre n’est plus le même, avec, entre ses pages, les traces d’un autre. Comment alors supporter la réalité quand le paradis est aux mains rouges d’un inconnu et que la vie gronde de plus en plus fort, de plus en plus dangereusement ?

Mon avis: (ATTENTION, SPOILER sur l'identité du narrateur). Dans ce livre, on ne découvre qu'à la fin qui raconte l'histoire, mais j'avoue être passée à côté de ce mystère à la lecture, tant le "sexe" de la personne qui raconte m'a paru évident dans le ton et les questionnements. Ma chronqiue dévoile donc cela, donc si vous voulez garder le secret avant la lecture, repassez lire ce qui est entre les balises spoiler un peu plus tard!)

Avec l'Age d'ange, je découvre qu'Anne Percin excelle autant dans le drame que dans l'humour. L'auteur de la trilogie désopillante "Comment (bien) rater ses vacances", et de "Western Girl" (un coup de coeur, à retrouver ICI) nous livre ici un texte court mais percutant, qui m'a totalement scotchée. 

*SPOILER ALERTE*

La narratrice de ce roman est une élève sérieuse, introvertie, complexée mais aussi passionnée. Son caractère est troublant, elle vit comme détachée du monde, et nous suivons au fil de ces pages son atterrissage brutal dans la réalité. Je ne révèlerai pas la fin du livre, qui m'a surprise et émue, et que je n'ai pas vu venir, alors que les indices étaient là... Bien sûr, on s'attend à un drame puisque dès le début on nous parle de Tadeusz au passé, mais je n'imaginais pas du tout un livre tel que celui là. Il m'a fait penser à de nombreux cousp de coeur que j'ai eu récemment, notamment "Jolene" chez le même éditeur, "Pas assez pour faire une femme" chez Thierry Magnier ou encore "Bacha Posh" et "Ma Réputation" chez Actes Sud Junior. 

J'admire le talent de ces auteurs qui, en si peu de pages, nous captivent et nous retournent à ce point. Comment se fait-il qu'on soit autant touchés par les personnages alors même que nous ne les connaissons que depuis une heure de lecture à peine? Mystère... J'ai été touchée par la fragilité de la narratrice, qui se réfugie dans son amour pour l'Antiquité afin d'échapper à sa vie qui lui semble si plate. Tadeusz est le feu qui vient réveiller cette jeune fille de glace, et ses émotions sont brutales, violentes. Comme elle, on ne sait pas quoi penser de ce jeune homme brûlant de vie, ni de ce qu'il réveille chez elle.

*FIN DU SPOILER*

Amitié, amour, admiration? Un peu de tout cela à la fois... Les destins de deux êtres uniques se croisent par le hasard d'un livre absent d'une étagère, et une émotion universelle se dégage de ce choc doux et violent à la fois.

Les quelques pages de ce court roman nous brûlent les doigts, et la chute est une douche glacée qui nous saisi sans prévenir, en abordant un thème tellement actuel et fort qu'il ne laissera personne indifférent. Je ne peux que conseiller ce roman à tous les adolescents, dès 14 ans, qui passent par là, et une fois encore, aussi et surtout aux adultes qui aiment la bonne littérature, parents, enseignants et documentalistes. Une pépite se cache sous cette couverture sobre mais pleine de sens une fois le livre refermé : un roman riche et beau comme on voudrait en lire toujours !