Half Bad, Tome 1 : Traque blanche de Sally Green, Penguin, 2014, 400 pages. Paru le 24 septembre 2014 chez Milan en hors collection, 384 pages, 16.90€, 9782745965806.

 HalfBadFR-300x492 9780141350868H

Résumé:

You can't read, can't write, but you heal fast, even for a witch.
You get sick if you stay indoors after dark.
You hate White Witches but love Annalise, who is one.
You've been kept in a cage since you were fourteen.
All you've got to do is escape and find Mercury, the Black Witch who eats boys. And do that before your seventeenth birthday.
Easy.

Dans le milieu des sorciers, on naît blanc ou noir. Bon ou mauvais. Nathan, lui, est les deux. Fils d’un sorcier noir et d’une sorcière blanche. Dans ce monde manichéen, il n’a d’autre solution que de se battre pour exister.
Tout le monde l’ignore, mais notre monde abrite des sorciers. Des sorciers blancs, qui sont bons. Et des noirs, qui incarnent le mal. Au milieu, il y a Nathan. Nathan, dont le père est le plus puissant des sorciers noirs. Et dont la
mère, grande sorcière blanche, est maintenant morte.


Nathan fait peur, car il est différent. Bon ? Mauvais ? Nul ne le sait. À tel point que le Conseil des sorciers lui enlève de plus en plus de libertés. Pour finir par l’enfermer et le torturer.
Nathan sait qu’il doit s’échapper avant ses 17 ans. Car, à 17 ans, tous les sorciers reçoivent leur don à travers une cérémonie. Et le seul à pouvoir pratiquer cette cérémonie est Marcus, son père. Nathan parvient à s’échapper, mais le plus dur reste à faire : retrouver son père.
Comment faire quand tout le monde vous traque et que vous ne pouvez avoir confiance en personne - pas même en votre famille ou dans la fille que vous aimez ?

Mon avis:

"Half Bad" c'est l'événement éditorial du printemps 2014! Avant même sa première parution en anglais il faisait parler de lui et était vendu à des dizaines de pays pour sa publication (Clic!). Cette nouvelle auteure nous offre un roman qui pourrait sembler banal, mais qui se démarque, de mon point de vue, de deux manières: grâce à son héros, et à grand coup de plume. Sally Green nous attrape et nous ficelle bien serrés dès les premières phrases:

"There's these two kids, boys, sitting close together, squished in by the big arm of an old chair. You're the one on the left." (Les premières pages sont ICI en VO !)

Je ne sais pas vous, mais commencer un livre en étant directement visée et intégrée à l'histoire, ça ne m'arrive pas tous les jours! Difficile de faire comme si de rien n'était, alors on tourne les pages, et même quand ce "tu" disparaît pour laisser place à une narration plus classique, le piège est déjà bien refermé sur nous. Coincés comme Nathan dans une cage, on découvre progressivement l'injustice dont il est la victime. Mis au ban de la bonne société des "White Witches" parce que son père qu'il n'a jamais vu est un "Black Witch" violent et meurtrier, Nathan est enfermé et étroitement surveillé par l'étrange Célia. Mais sa rage de vivre se nourrit de toutes ses vexations et frustrations. Nous remontons dans le temps pour découvrir quel enfant il était, et nous suivons ensuite son aventure jusqu'à cette cage et ce qui lui arrive par la suite. Je ne veux pas spoiler, mais le moins qu'on puisse dire est qu'il n'a pas eu une enfance heureuse et facile.

Malgré la protection de sa grand-mère et la tendresse de son frère Aran, Nathan est la victime des "White Wiches" qui voient en lui le fils d'un meurtrier, forcément perverti par son sang de "Black Witch". Avant même d'être assez grand pour se connaître lui-même et se défendre, le Conseil veut lui mettre une étiquette. Bon ou Mauvais, quoi qu'il fasse, son destin semble être scellé. Sa rencontre avec Annalise et l'amour qui se développe entre eux sera pour lui une source de joie et de souffrances. Torturé, enfermé, pourchassé, Nathan fuit, et grâce à l'aide de diverses personnes (aux caractères bien trempés et hauts en couleurs), il parviendra à en apprendre plus sur son père et sur lui-même et à se sortir de situations complexes.

Dans ce premier tome, la métamorphose de Nathan est époustouflante. De l'enfant un peu chétif et naïf, il devient un jeune homme à la force de caractère rare, tout en restant fragilisé par ses blessures passées, l'absence de son père, le poids de son héritage familiale et l'éloignement des êtres chers à son coeur. Les personnages secondaires sont absolument délicieux et bien construits, que ce soit Aran, Annalise (qui sera plus présente par la suite j'espère), Mary, Jim, Rose, Mercury ou Gabriel, tous ont un caractère et un langage propres, et même ceux qui ne font que passer nous semblent proches ou réels.

Pour en revenir au style, Sally Green a opté pour une écriture âpre, haletante, imagée et percutante. De nombreuses scènes sont assez violentes et nous arrachent des grimaces de dégoût, on souffre avec ce héros comme rarement, que ce soit physiquement ou psychologiquement d'ailleurs, ce qui est aussi la force de ce roman. L'empathie est totale, accentuée par ces quelques pages à la seconde personne du singulier. Si parfois la narration ralentit, c'est pour apporter des informations importantes, ou qui le seront sûrement par la suite. Le vocabulaire n'est pas des plus simples, et parfois même le dictionnaire sèche : termes américains ou anglais particuliers, vocabulaire ancien et accents marqués, si vous vous lancez dans la lecture en VO sans être vraiment bilingues, prévoyez un bloc-note et un bon dico! La traduction en français est de très bonne qualité et ne casse rien du style si particulier. Une trilogie à suivre de près, pour bons lecteurs, dès 13/14 ans, et adultes, évidemment !

Découvrez les coulisses de la publication française chez Milan (couverture, traduction...) ICI !

HalfBadFR-300x492

 Partez à la Chasse armés d'une bonne Carte, et retrouvez les exemplaires de Half Bad qui se sont échappés à LYON !!!