Divergente, Tome 3, de Veronica Roth, Nathan Jeunesse, 2014, 468 pages, 16.90€, 9782092532324.

div 3

Résumé:

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis:

Et voilà, l'aventure Divergente se termine avec ce troisième tome. Le temps a passé depuis ma lecture du premier tome, et l'enthousiasme qu'il avait suscité chez moi, mais c'est avec émotion que je laisse ses personnages et son univers si particulier. Ce troisième tome, dont je ne parlerai pas au niveau de l'intrigue, pour éviter les spoilers, est très bon, je l'ai préféré au second, et la conclusion n'est pas simpliste comme on le regrette parfois avec les séries YA. Cette fin a fait couler beaucoup d'encre, mais moi, je l'aime bien, elle est très cohérente avec l'histoire et le caractère des différents personnages. 

Revenons à ce troisième tome, qui apporte de nombreuses révélations, plutôt surprenantes, sur Chicago et ses habitants, et sur l'Extérieur. Même si là encore quelques passages trahissent un léger essoufflement, on dévore toujours avec plaisir ce roman. Tris a gagné en maturité, et si certains de ses choix ressemblent à ceux du passé, ils sont plus réfléchis, et ne suivent plus la même logique auto-destructrice des débuts. Sa relation avec Tobias tente de résister aux nombreuses révélations de ce troisième tome, dans lequel il se met à douter de lui, de sa valeur - de ses valeurs. Le poids de son héritage familial semble plus lourd que jamais, et Tris l'aide à sortir de ses doutes, et de ses rancoeurs. De nombreux nouveaux personnages intègrent ce tome, et c'est une bonne idée pour redonner du rythme à l'intrigue. La rébellion s'organise de l'extérieur, mais les cibles changent, tout comme les motivations.

J'ai aimé les réflexions engendrées par le thème des manipulations génétiques très présent dans ce livre. Et du côté des points positifs, je trouve que le style de l'écriture gagne aussi en qualité. Est-ce dû au fait que Veronica Roth a pris de l'assurance, ou l'a-t-elle fait pour souligner ce fait chez ses personnages, en donnant plus de corps au récit au fil des 3 livres?... Quoiqu'il en soit, plusieurs passages ont attiré mon attention au niveau de l'écriture, ce qui n'avait pas été le cas lors de la lecture des deux autres tomes, où j'étais uniquement plongée dans l'action, sans considération pour le style qui était fluide mais simple.

"Divergente" est une très bonne série dystopique pour les lecteurs amateurs du genre dès 13/14 ans, et son adaptation au cinéma lui donne une visibilité auprès du grand public qui est méritée. Sa fin surprenante, dérangeante, mais honnête de la part de l'auteur qui reste fidèle à ses personnages, en séduira certains, et en déçevra d'autres, mais elle ne laissera pas indifférent. Et c'est, après tout, ce qui fait les "classiques" du genre !

"Notre capacité à connaître le monde et à nous connaître nous-mêmes est ce qui nous rend humains."


lire_en_live

Cette chronique fait partie de mon partenariat avec Nathan Jeunesse - Lire en Live! Merci encore à cette maison d'édition pour ce partenariat qui m'a permis de lire ce final époustouflant !