Là où naissent les nuages, d'Annelise Heurtier, Casterman, 2014, 200 pages, 12€, 9782203080522.

couv28712035

Résumé:

"Mon père m'a attrapée par les épaules.

- Viens avec moi. Un voyage humanitaire, c'est le genre d'expérience qui marque une vie entière.

Putain, il me faisait chier, avec sa Mongolie.

Une voix a retenti, une voix de petite fille qui veut plaire à son père qui veut se prouver qu'elle n'est pas si nulle qu'elle ressemble un peu à sa mère un peu un tout petit peu :

- Pourquoi pas.

Je ne pouvais pas y croire. Et pourtant si. C'est moi qui avais parlé."

Fille unique de parents très aimants, mais très occupés, Amélia, 16 ans, s'est réfugiée dans la gourmandise. Elle traîne son corps adolescent et ses kilos en trop comme une punition. Mais l'arrivée d'une lettre étrange venue de Mongolie va bouleverser la banalité un peu mélancolique de son quotidien...

Mon avis:

L'an dernier, j'ai eu un gros coup de coeur pour "Sweet Sixteen" d'Annelise Heurtier (il existe en poche désormais, avis aux enseignants!!!), et quand je suis passée devant son nouveau roman paru cette année, j'ai flashé sur la couverture (elle est sublime, dans des tons magnifiques, toute irisée... je suis faible!!!), le titre et le résumé, et je l'ai acheté! En même temps, je ne prenais pas un gros risque, vu la qualité de la plume de l'auteur et le sujet abordé.

Et à nouveau, ce roman m'a pris aux tripes. C'est ça la magie de cette auteure et de sa plume acérée: le parler-vrai, sans chichis ni démonstrations de force. Ecrire sans multiplier les pages inutilement, sans tourner autour du pot ni détailler ses personnages en long en large et en travers. Elle va à l'essentiel. Elle choisit le bon arc, prend une seule flèche, tend la corde d'un geste sûr et vise en plein coeur ! En lisant ce court roman, j'ai senti monter l'émotion en moi, doucement mais sûrement, et j'ai eu les larmes au bord des yeux à de nombreuses reprises. 

Amélia est une ado qui vit à Paris dans une famille aisée, dont les parents ont vécu de formidables expériences dans l'humanitaire par le passé. Mal dans sa peau, elle ne sait pas trop où elle en est, et se renferme sur elle-même, se gavant de gâteaux et de chocolat pour remplir sa vie si creuse. Quand un voyage humanitaire en Mogolie se profile pour l'été, elle ne sait pas trop quoi en penser. D'autant plus quand son père se voit empêcher d'y aller et qu'elle part suele à l'aventure. Ce voyage va la transformer, et elle découvrira beaucoup de choses sur elle, qui elle est, d'où elle vient, et où elle veut aller. Racontée comme des mémoires, dont on comprend la finalité à la toute fin, cette tranche de vie est chargée d'émotions. Passant de l'ado un peu blasée et sans estime d'elle-même à la jeune fille inquiète et intimidée, Amélia partage ses prises de conscience avec nous. Ce qu'elle voit la laisse sans voix, la perturbe, la travaille, et elle se sent perdue face à la détresse et au dénuement des enfants qu'elle rencontre. Entre révolte et envie d'agir, résignation et acceptation, elle découvre la vie et tout ce qu'elle a de complexe mais de riche. Troublant de réalisme, ce livre nous plonge en plein coeur de la Mongolie, et les réflexions qui découlent de cette lecture ne nous quittent plus une fois la dernière page tournée.

Les prises de conscience d'Amélia sont brutales et menacent de la faire chavirer, mais ce qu'elle a trouvé en partant en Mongolie lui donne une assurance toute neuve avec laquelle elle se sent prête à affronter l'avenir. On aimerait la suivre encore un peu, mais elle vivra sa vie sans nous, libérée en partie de ce qui la freinait pour vivre pleinement, grâce à cette fabuleuse expérience mongole.

A mettre entre toutes les mains dès 13/14 ans (et dans toutes les bibliothèques!), ce roman est d'une grande richesse et aborde des thématiques intéressante pour les ados: les voyages humanitaires, le respect de l'autre, le mal-être, les relations familiales...

Il est toujours difficile de parler des romans qui sont plus dans l'émotion que dans l'intrigue, alors je ne peux que vous conseiller vivement de le lire. en voici quelques mots pour vous mettre l'eau à la bouche:

"Je rentrais découragée et surexcitée à la fois, j'avais envie de hurler au monde entier ce que je voyais là, d'inonder de mails tous les gens que je connaissaient pour leur dire que des petits de 5 ans dormaient dans des tunnels et qu'eux, dans leurs canapés achetés en cinq fois sans frais, étaient des égoïstes, des salauds.[...] En même temps, on n'y pouvait pas grand-chose, de ne pas avoir les mêmes préoccupations. Tout dépendait de l'endroit où nos mères hurlaient pour nous mettre au monde. Sous le regard surmédicalisé d'un obstétricien californien. A même le sable derrière un paravent de nattes en plein désert. Avec bonheur, résignation ou indifférence. Tout n'était qu'une question de hasard. Ils auraient pu être nous, nous aurions pu être eux. Je détestais cette pensée."

"Peut-être est-ce pour cette raison que le hasard ou le destin m'a envoyée en Mongolie. Juste pour que j'apprenne à savoir qui je suis. Juste pour que j'apprenne à vivre avec moi. Maintenant, j'ai terminé. [...] Parce que c'est là-bas que je me suis trouvée, là où naissent les nuages."

LOGO coupe du monde des livres CHALLENGE papier