Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais, Sarbacane, Collection Exprim', 24 août 2016, 240 pages, 15,50€, 9782848659084.

couv-Songe-a-la-douceur-620x987

 

Résumé :

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer.

Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

 

Mon avis :

Le problème quand on a adoré un livre, qui semble remporter un franc succès avant même sa sortie, c'est qu'on sait qu'à force de critiques enthousiastes, il part avec un handicap sur le dos... Il est attendu de pied ferme, de grandes espérances habitent les futurs lecteurs, l'auteur (et son éditeur) ont les chocottes qu'il ne plaise pas, ou moins que le précédent... Bref... J'ai hésité à dire que Songe à la douceur n'est pas terrible, histoire de lui donner une chance de survie, mais finalement non, ça sera ça le vrai test, la jauge impitoyable du succès : ce roman va-t-il honorer l'attente qu'il suscite "malgré" cet enthousiasme quasi-unanime ?...

Alors voilà, le résumé vous dit l'essentiel de l'intrigue, mais ce roman va au-delà de l'évasion et de l'émotion... Il touche en plein coeur le lecteur, pour peu qu'il ait la nostalgie de ses années adolescentes et de ses premières amours platoniques, rêvées, fantasmées... Parce qu'il est question ici d'amour, de l'amour sous ses formes les plus variées, opposées même.

Notre Eugène de 17 ans est blasé, lassé, vide... Il a déjà compris, croit-il, la grande vérité de la vie, cette course plus ou moins rapide vers la fin, qu'on tente de peupler de sentiments, d'aventures, de joies diverses, pour se voiler la face. Tatiana lui plaît, un peu, mais il la repousse, à sa façon.

Notre jeune Tatiana, elle, rêve en papier... Elle aime lire, lire, lire, des classiques surtout, et réfléchir, s'interroger... Et quand elle rencontre Eugène, son coeur de 14 ans s'emballe, s'affole, et l'entraine vers des territoires de sensualité encore inconnus. La distance d'Eugène, et un événement tragique, les sépare après quelques semaines hors du temps.

Puis Eugène, 10 ans plus tard, tombe par hasard sur Tatiana, et amoureux en même temps. Un amour plein d'urgence, de désir, d'impatience et de jalousie.

Mais Tatiana, bien que bouleversée aussi, est plus mesurée, absorbée qu'elle est dans sa thèse sur Caillebotte (ouais, c'est forcément une fille géniale si elle aime Caillebotte, on est bien d'accord!) et sa vie bien remplie.

La tension amoureuse est omniprésente, l'attente a changé de côté, le désir semble brûler Eugène, comme il enflammait les sens de Tatiana jadis. Car la sensualité est là, partout, dans ce roman, c'est ce qui m'a le plus marquée. On ressent chaque mot, chaque frôlement, la lumière de la ville, leur voix entremêlées, et une autre voix, omniprésente, qui nous accompagne et parle à ses héros autant qu'à ses lecteurs. Mais la sensualité est aussi, et surtout, dans le rythme des vers libres, aux mètres tantôt saccadés, tantôt langoureux... Même la typographie est chargée d'émotion... Jugez un peu !

Source: Externe

Cette ligne, elle fait autant d'effet sur nos coeurs de midinettes que les dos musculeux des Raboteurs de parquet !

Je m'arrête là, et je vous laisse découvrir, à votre tour, ce roman hors norme, libre, nouveau, rare et précieux... Il n'est pas au-dessus des autres romans, non, il est... ailleurs... !

 

Source: Externe

-------------------------------------------------------------

Le site de Sarbacane, c'est ICI, avec d'autres extraits, et plein de merveilles à découvrir, pour petits et grands!