L'Ouvr'âge

30 mars 2014

SUJET : TRAGEDIE, d'Elizabeth LaBan

Sujet : Tragédie, d'Elizabeth LaBan, Gallimard Jeunesse, 2014, 320 pages, 16.50€, 9782070656561.

couv75524900

Résumé:

Dans un internat privé près de New York, deux adolescents se retrouvent les héros involontaires d'une tragédie moderne. Amour impossible ou fragile, difficultés à s'accepter, choix cruciaux : de leurs récits croisés surgit une histoire poignante où suspense, humour et sentiments se mêlent avec brio.

Mon avis:

Ce roman a été une sympathique découverte, même si j'ai rencontré pas mal d'éléments un peu décevants au fil de ma lecture.

Commencons par les bons points:

- L'agencement du récit est intéressant et relativement original. Duncan entre en dernière année de lycée à Irving et reçoit, comme c'est la coutume, un "cadeau" de la part de l'ancien occupant de sa chambre d'internat. Dans son cas, il va découvrir ce que Tim, un albinos ayant vécu un événement tragique l'année précédente, et auquel il semble lié lui aussi, lui a laissé. Il s'agit d'enregistrements sur CD de Tim, lui racontant comment tout est arrivé. On découvre de façon entremêlée l'année de Duncan et l'année de Tim, même si avouons-le, l'histoire de Tim prend plus que largement le dessus. 

- Le personnage de Tim, et notamment sa rencontre et sa relation originale et attachante avec Vanessa, sort de l'ordinaire. On ne suit pas souvent de héros albinos, et découvrir son point de vue est très intéressant. Le regard des autres (et de lui-même) sur sa différence est très bien représenté, et on pense à "Wonder" par exemple, ou à tous les romans traitant de la différence physique ou raciale.

-La première partie du récit est très bien écrite, et pleine de suspense. On a envie d'en découvrir plus sur ces deux jeunes garçons, et j'ai aimé ce double point de vue masculin, même si Tim, grâce à la première personne et à sa particularité physique, domine l'ensemble. Les lecteurs masculins auront plaisir à vivre un roman écrit de cette manière, tant les figures féminines sont présentes dans les romans jeunesses ces temps-ci.

Du côté des déceptions:

-J'ai vraiment trouvé dommage ce déséquilibre entre Duncan et Tim, au point qu'on a du mal à s'attacher à Duncan, et à vivre ses difficultés avec compatission. 

-Les personnages secondaires sont tous assez clichés, entre la jeune ado hyper belle, tolérante, intelligente mais trop dévouée à son amoureux du moment, et le petit copain sportif, sans cervelle, méchant, manipulateur et lâche, on a l'impression à certains moments de regarder un mauvais feuilleton américain.

-La fin, qui en a séduit certains, m'a laissée assez indifférente. Elle se veut "choc" mais pour moi, c'est tombé à plat. Non pas que l'idée soit mauvaise, mais la façon dont le tout est mené semble bâclé, ou trop peu réfléchi. Et je ne vois pas trop en quoi cet événement peu à ce point toucher Duncan, qui ne me semble concerné que de loin par cet épisode...

- Le thème récurrent de la tragédie n'est pas assez développé. Il s'agit du sujet de dissertation incontournable de la dernière année à Irving, proposé par un prof loufoque et passionné, qui déstabilise Duncan. Evidemment, il colle à la perfection à ce qui se passe sous nos yeux lors du roman, mais les clins d'oeil sont parfois trop pesants, ou à l'inverse parfois trop peu développés. Bref, là encore je regrette le manque de dosage et de finesse de l'auteur, qui est certainement à mettre sur le compte de ses débuts.

Pour conclure, et malgré mes critiques, ce roman est assez prometteur pour l'auteur, dont je suivrai les publications, pour voir si les reproches que j'ai à son encontre s'estompent avec le métier (en même temps, je critique alors que je serais bien incapable d'en faire autant!). Ce roman est tout de même très prenant, et bien écrit. On le lit avec plaisir d'un bout à l'autre, et les sujets abordés parleront aux adolescents d'aujourd'hui. Les avis étant très partagés sur la toile, je ne peux que vous encourager à le lire, pour vous faire votre propre opinion. L'éditeur le rapproche des romans de John Green, mais pour ma part je lui trouve plutôt des ressemblances avec les Cat Clarke, en moins intense et percutant, mais tout aussi intelligent. Bref, un roman original qui peut plaire à bon nombre de ses lecteurs, dès 12/13 ans.

Posté par Juliah43 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 mars 2014

L'ECOLE DES MAUVAIS MECHANTS, COMPLOT 1, de Stephanie S. Sanders

L'école des mauvais méchants, Complot 1, de Stephanie S. Sanders, Nathan Jeunesse, 2014, 12.90€, 256 pages, 9782092543047.

9782092543047

Résumé:

Au Centre de redressement de Veldin Drexler, on rééduque les Mauvais Méchants pour en faire des Méchants Accomplis. C'est le cas de Rune, piètre sorcier ; de Jezebel, fille de Dracula, qui préfère le chocolat chaud au sang ; et de Loup Junior, fils du Grand Méchant Loup, qui a sauvé un enfant de la noyade. En désespoir de cause, on leur confie un complot, dernière chance pour eux de se racheter : ils doivent kidnapper une princesse, enlever un bébé, trouver un homme de main pour en faire leur esclave et renverser un royaume – tout cela en une semaine. S'ils échouent, ils peuvent dire adieu à leur carrière de Méchant.

Mon avis:

Encore une belle déouverte fate grâce à mon partenariat avec Nathan Jeunesse - Lire en Live ! Ce roman est un concentré d'humour, d'aventure et d'imaginaire, idéal pour les jeunes lecteurs de 9 à 12 ans, qu'ils aiment lire ou pas trop! Succès garanti, auprès des filles et des garçons, grâce à un bon équilibre des ingrédients de la réussite. 

L'intrigue est simple, mais bien construite, facile à suivre pour les jeunes lecteurs, sans perdre d'intérêt grâce aux nombreux rebondissements (qui ont fait que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde à la lecture bien que j'ai 3 fois l'êge du public ciblé!). Les personnages sont savoureux! Rune, le méchant principal (n'allez pas le traiter de héros, il n'apprécierait pas!), est un mélange d'enfant sérieux et de gaffeur malgré lui. Il est accompagné d'un compagnon de chambre, Désiré, qui cache bien son jeu, mais dont j'ai adoré les biscuits ensorcelés!!! Ses meilleurs amis sont Jezebel, la fille de Dracula, fière et appliquée, qui fait tout pour attirer l'attention de son père si difficile à contenter; et Loup, le fils du Grand Méchant Loup, qui tente de ne pas reproduire les célèbres erreurs de son père lors de la fameuse affaire du Petit Chaperon Rouge, qui lui a tant coûtée!

Vous l'aurez compris, l'auteur s'est totalement approprié les contes et folklores de l'imaginaire collectif, et les a plongés dans un savant mélange de magie, d'aventure et de méchanceté! Nos Méchants doivent relever un défi pas si facile, mais la chance est de leur côté, et malgré des rencontres pas toujours heureuses, ils relèvent leur complot avec brio. Les personnages secondaires, Princesses et autres professeurs effrayants, sont tous un peu clichés mais très réussis.

L'écriture est elle aussi simple mais maîtrisée, et l'auteur apporte beaucoup d'humour à son récit, que ce soit par des jeux de mots, des situations cocasses ou des personnages drôlissimes. Les amateurs de romans comme "Monsieur Schnock", "Le journal d'un dégonflé", "Sacrées sorcières" ou encore ceux de David Walliams ("Joe Millionaire, Mamie gangster...") se régaleront avec cette nouvelle série. Et même si ce livre reste très "jeunesse" les plus âgés aurront plaisir à suivre ces aventures loufoques, j'en suis sûre!

Une fois ce premier tome fini, on se dit qu'on repartirai bien à l'aventure avec nos méchants préférés lors d'un deuxième complot... Et ce sera chose possible dès le 19 juin; lors de la parution du second tome!

Un grand bravo également à Coliandre (=Xavier Collette, l'illustrateur à la mode, il faut que je fasse un article sur son travail!!!) pour l'illustration de la couverture, qui est magnifique et colle à merveille au roman!


lire_en_live

Cette chronique fait partie de mon partenariat avec Nathan Jeunesse - Lire en Live! Merci encore à cette maison d'édition pour ce partenariat, qui fut un bon moment d'aventure et de rigolade !

Posté par Juliah43 à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 mars 2014

FOLLOW YOUR ARROW, le Mystery KAL d'Ysolda Teague

Aujourd'hui, je vous présente mon châle "Follow your arrow" réalisé dans le cadre d'un mystery Kal (tricot mystère fait à plusieurs en même temps, sans savoir ce qu'on tricote à l'avance).

Chaque vendredi, pendant 5 semaines, nous avons reçu des bribes du patron d'Ysolda, avec à chaque fois deux otpions possibles.

 

Mes choix m'ont amenée à terminer un très beau châle rouge "lipstick" (Palette de Knit Picks), et je ne le quitte plus (malgré les chaleurs de ces derniers jours) ! (De plus jolies photos du châle terminé et bloqué suivront très vite !)

 

IMG_4305

20140215_165518

IMG_4306

Posté par Juliah43 à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2014

L'AGE D'ANGE, d'Anne Percin

L'âge d'ange, d'Anne Percin, Ecole des Loisirs (Medium), 2008, 126 pages, 8.20€, 9782211092180.

l_c3a2ge-d_ange

Résumé:

Au Gymnasium, le lycée de la ville haute, il y a les jaguars, programmés pour la réussite, et quelques rois du ruisseau, des Gavroche et des Esmeralda égarés. Comme Tadeusz et ses mains rouges. Il porte des maillots de sport ou des chemises de bûcheron, vit en banlieue, excelle en russe.
Personne ne le connaît vraiment. Il est étrange, bizarre, solitaire, d’ailleurs.
Un peu comme cet ange, sans sexe et sans âge, qui se noie dans les pages des livres, au point d’en oublier les autres et son propre corps. Un ange de dix-sept ans qui pense, dort, rêve en grec, sa matière préférée. Une passion qui s’incarne dans Amours des dieux et des héros, le livre le plus précieux de la bibliothèque du lycée.
Un jour, cette raison d’être disparaît des rayonnages.
À son retour, le livre n’est plus le même, avec, entre ses pages, les traces d’un autre. Comment alors supporter la réalité quand le paradis est aux mains rouges d’un inconnu et que la vie gronde de plus en plus fort, de plus en plus dangereusement ?

Mon avis: (ATTENTION, SPOILER sur l'identité du narrateur). Dans ce livre, on ne découvre qu'à la fin qui raconte l'histoire, mais j'avoue être passée à côté de ce mystère à la lecture, tant le "sexe" de la personne qui raconte m'a paru évident dans le ton et les questionnements. Ma chronqiue dévoile donc cela, donc si vous voulez garder le secret avant la lecture, repassez lire ce qui est entre les balises spoiler un peu plus tard!)

Avec l'Age d'ange, je découvre qu'Anne Percin excelle autant dans le drame que dans l'humour. L'auteur de la trilogie désopillante "Comment (bien) rater ses vacances", et de "Western Girl" (un coup de coeur, à retrouver ICI) nous livre ici un texte court mais percutant, qui m'a totalement scotchée. 

*SPOILER ALERTE*

La narratrice de ce roman est une élève sérieuse, introvertie, complexée mais aussi passionnée. Son caractère est troublant, elle vit comme détachée du monde, et nous suivons au fil de ces pages son atterrissage brutal dans la réalité. Je ne révèlerai pas la fin du livre, qui m'a surprise et émue, et que je n'ai pas vu venir, alors que les indices étaient là... Bien sûr, on s'attend à un drame puisque dès le début on nous parle de Tadeusz au passé, mais je n'imaginais pas du tout un livre tel que celui là. Il m'a fait penser à de nombreux cousp de coeur que j'ai eu récemment, notamment "Jolene" chez le même éditeur, "Pas assez pour faire une femme" chez Thierry Magnier ou encore "Bacha Posh" et "Ma Réputation" chez Actes Sud Junior. 

J'admire le talent de ces auteurs qui, en si peu de pages, nous captivent et nous retournent à ce point. Comment se fait-il qu'on soit autant touchés par les personnages alors même que nous ne les connaissons que depuis une heure de lecture à peine? Mystère... J'ai été touchée par la fragilité de la narratrice, qui se réfugie dans son amour pour l'Antiquité afin d'échapper à sa vie qui lui semble si plate. Tadeusz est le feu qui vient réveiller cette jeune fille de glace, et ses émotions sont brutales, violentes. Comme elle, on ne sait pas quoi penser de ce jeune homme brûlant de vie, ni de ce qu'il réveille chez elle.

*FIN DU SPIOLER*

Amitié, amour, admiration? Un peu de tout cela à la fois... Les destins de deux êtres uniques se croisent par le hasard d'un livre absent d'une étagère, et une émotion universelle se dégage de ce choc doux et violent à la fois.

Les quelques pages de ce court roman nous brûlent les doigts, et la chute est une douche glacée qui nous saisi sans prévenir, en abordant un thème tellement actuel et fort qu'il ne laissera personne indifférent. Je ne peux que conseiller ce roman à tous les adolescents, dès 14 ans, qui passent par là, et une fois encore, aussi et surtout aux adultes qui aiment la bonne littérature, parents, enseignants et documentalistes. Une pépite se cache sous cette couverture sobre mais pleine de sens une fois le livre refermé : un roman riche et beau comme on voudrait en lire toujours !

Posté par Juliah43 à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mars 2014

SACRIFICES, de Pierre Lemaître

Sacrifices, de Pierre Lemaître, Le Livre de Poche, 2014 (2012), 353 pages, 7.10€, 9782253179061.

couv68944268

Résumé:

Témoin d’un hold-up dans le quartier des Champs-Élysées, Anne Forestier échappe par miracle à la sauvagerie du braqueur. Détruite, défigurée. Bouleversé, le commandant Verhœven, qui est son amant, s’engage corps et âme dans cette enquête dont il fait une affaire personnelle. D’autant que le braqueur, récidiviste déterminé et d’une rare férocité, s’acharne à retrouver Anne pour l’exécuter… Les deux hommes s’engagent alors dans un face à face mortel dont Anne est l’enjeu. Verhœven, touché au plus secret de sa vie privée, devient à son tour violent, implacable, jusqu’à sacrifier tous ses principes… Mais en réalité, dans cette affaire, qui est le chasseur ? Et qui est la proie ?

Mon avis:

Grâce au partenariat Le Livre de Poche / Babelio, j'ai pu découvrir le troisième opus d'une série de romans policiers psychologiques de Pierre Lemaître, as du polar noir français. Nous retrouvons dans ce troisième tome le commandant Verhoeven, toujours très marqué par la mort de sa femme et les événements qui ont frappés sa vie privée, depuis Travil Soigné et Alex.

Mais Pierre Lemaître a décidé de faire encore un peu souffrir son héros, au caractère bien trempé, solide commandant de petit gabarit mais de grand talent. Sa maîtresse est victime d'un braqueur de bijouterie et se fait tabasser, ce qui ne manque pas de révolter Verhoeven et de le pousser à se faire confier l'affaire, en taisant ses liens avec la victime, Anne.

Nous suivons son enquête, en alternant les points de vue de Verhoven, évidemment, mais aussi d'Anne et du braqueur impliqué. Cela donne un peu de rythme à l'enquête, qui pourtant, parfois, freine un peu. Mais j'ai aimé le point de vu assez dur du braqueur, qui donne un contre-point intéressant à celui des autres protagonistes.

L'écriture de Lemaître est sèche et directe, et j'ai découvert avec ce roman son style particulier, et son talent pour plonger dans une atmosphère stressante et pleine de surprises. L'intrigue est bien ficelée, et les soupçons se multiplient, brouillant certaines pistes ou en ouvrant d'autres. J'ai très envie après cette lecture de découvrir ses autres romans, qui d'après les avis sont meilleurs que Sacrifices. N'ayant pas lu les deux premiers romans de cette trilogie, je n'ai pas été perdue pour autant dans le récit.

Les points forts de ce livre sont d'une part le talent de conteurs de Pierre Lemaître, le caractère hors-normes de son héros, et l'atmosphère de suspicion permanente, notamment liée au mélange vie privée/vie professionnelle savamment dosé. Je ne peut bien évidemment pas dévoiler l'intrigue, mais je l'ai vraiment trouvée bien montée, même si parfois quelques lenteurs se sont faites sentir. Bref, un bon coup d'essai pour moi, et je me réjouis d'avoir découvert un auteur que je relirai plus que certainement.

Merci encore au Livre de Poche et à Babelio pour ce partenariat reçu dans le cadre d'une opération Masse Critique!

Posté par Juliah43 à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 mars 2014

LUCIDES, de Ron Bass et Adrienne Stoltz

Lucides, de Ron Bass et Adrienne Stoltz, Robert Laffont (Collection R), 2014 (parution le 24 avril), 18.50€, 9782221134368.

9782221134368FS

Résumé:

Sloane, jeune fille sérieuse, mène une vie tranquille dans une ville de la côte américaine. Maggie, jeune fille indépendante, entame une carrière d'actrice à New York. Les deux filles ne pouvaient pas être plus différentes. Elles partagent pourtant un secret des plus intimes : toutes les nuits, chacune vit la vie de l'autre en rêve. Et plus le temps passe, plus leurs mondes fusionnent. Sloane et Maggie ont de plus en plus de mal à distinguer le rêve de la réalité. Elles auront à choisir leur vraie vie ou risquer de sombrer dans la folie, même si cela signifie renoncer à un monde, un amour et à soi-même pour toujours.

Mon avis:

Et hop, on continue avec un nouvel "R", et un véritable coup de coeur pour son originalité ! Je me suis lancée sans savoir où je mettais les pieds, parce que j'aime être surprise! Et là, le mot est faible, j'ai été emballée, bluffée, malmenée et entourloupée (je ne suis pas certaine que cet adjectif existe...) comme rarement ! Ce roman navigue entre rêve et réalité, donnant à voir de manière spectaculaire comme la vie des uns dépend de celle des autres, et comme les destins s'entremêlent parfois, au-delà de toute logique. Comment être sûre qu'on est vraiment réel, que tout n'est pas le fruit de l'imagination d'un autre, une gigantesque supercherie diabolique?! A la fois conte moderne, thriller ô combien psychologique et romance adolescente, "Lucides" nous transporte dans deux univers bien disctincts, mais très riches, dont on ne sait dès le début s'ils sont réels. Alors forcément, on lit avec une attention exacerbée, on fait attention à chaque détail, on tente de s'imprégner des ambiances pour mieux déceler le moindre indice, la moindre variation d'atmosphère. 

Les auteurs sont de grands scénaristes, et ça se sent. Même si, je l'avoue, la chute ne m'a pas totalement séduite (la faute au reste du roman que j'ai adoré!), on dévore les pages au rythme des nuits et des jours de nos héroïnes, tendue vers l'envie d'en découvrir toujours plus, et de démêler le vrai du faux. Deux très bons triangles amoureux, un peu stéréotypés mais sensuels et mignons, donnent un côté plus léger à la première moitié du livre. Mais des questions existentielles et des événements rudes du passé de Maggie et Sloane donnent de la profondeur, et parfois de la gravité à ce texte si on s'arrête un instant pour reprendre son souffle et imaginer, ne serait-ce qu'une seconde, cette situation sur-réaliste, extra-ordinaire! 

Chacune des héroïnes est traversée d'un doute, est-elle réelle, celle qui imagine l'autre, ou bien est-elle elle-même la création fantasmée de l'autre. Et si on pouvait, comme ça, disparaître d'un seul coup, effacée de cette vie onirique créée de toute pièce? Perdre qui l'on est, et surtout tous ceux qu'on aime? 

Parlons un instant des personnages : les jeunes filles sont très différentes, Maggie est sûre d'elle, passionnée, enflammée par la vie, et Sloane est plus réfléchie, secrète et moins sûre d'elle. Un peu comme le soleil et la lune, elles se complètent totalement, et tout en sachant qu'elles sont une, elles ne se confondent pas un instant. Leurs univers à toutes les deux sont riches de personnages secondaires fantasques et attachants (notamment Jade, la petite soeur qu'on ne croise que dans les romans, Andrew et James tout autant idéalisée l'un que l'autre par nos héroïnes, et les parents...). Le style est moderne et simple, les dialogues sont pétillants et drôles! Rire garanti grâce au sens de la répartie de Maggie et Sloane !

Ce roman, en plus de nous faire découvrir deux jeunes filles drôles et attachantes, nous fait réfléchir à de nombreuses choses de la vie. La tension qu'on retrouve au fil des pages m'a fait penser aux romans de Cat Clarke (chez le même éditeur) ou "A comme aujourd'hui" aux Grandes Personnes, le malaise dû à une incertitude angoissante rappelle le "Truman Show" par exemple, ou tous ces livres ou films qui jouent avec nos nerfs de manière magistrale. Je reviens sur cette chute, dont j'attendais plus. Je voulais être surprise, j'avais envisager mille et uns scénarii possibles, et je voulais être autant prise au dépourvu que je l'ai été tout au long du roman, mais finalement, cette fin est claire et moins brutale que je ne le craignais (avis à ceux qui souffrent à la fin de chaque Cat Clarke, vous serez normalement épargnés!) et c'est bien comme ça aussi.

Bref, je vous conseille cette lecture (dès 13/14 ans, mais les plus grands y trouveront leur compte aussi) si vous aimez l'originalité, le suspense, les romans d'amour et d'amitiés, les réflexions sur la vie, sur soi et les autres, sur la limite souvent ténue entre rêve et réalité, l'imagination débordante et la folie...

Posté par Juliah43 à 22:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,



Fin »