Bacha Posh, de Charlotte Erlih, Actes Sud Junior, 2013, 192 pages, 14€, 9782330018184.

couv71107511

Résumé:

A 15 ans, Farrukh voit enfin son rêve se réaliser : son club d'aviron, le seul d'Afghanistan, a obtenu un bateau professionnel. Si son équipe tentait de se qualifier pour les Jeux olympiques ?! Mais Farrukh est un "bacha posh". Dans les familles afghanes qui n'ont que des filles, on appelle ainsi les jeunes filles transformées en garçons et élevées comme tels, jusqu'à l'âge de la puberté... S'il est découvert, c'est son rêve et sa liberté qui s'évanouissent, le déshonneur pour les siens. 
Et qu'est-ce qu'il en sera des sentiments troubles de Sohrab à son endroit ?

Mon avis:

Le titre de ce roman ainsi que sa couverture ont attiré mon attention. Le résumé m'a encore plus intriguée, et c'est avec stupeur que j'ai découvert une pratique qui m'était inconnue, les "bacha posh", jeunes filles "travesties" en hommes par leur famille pour éviter le déshonneur de n'avoir aucun fils. Depuis ses 5 ans environ, Farrukhzad, appelée Farrukh, vit comme un garçon aux yeux de la société afghane. Il goûte à la liberté des hommes, monte un groupe de rameurs et souhaite participer aux JO avec son équipe d'aviron. Il peut sortir seul dans la rue, lire des romans français à son père en tête à tête, autant de chose qu'une jeune fille ne peut pas faire. 

A force de couvrir son torse de bandelettes, et de se sentir homme, sa puberté est retardée, mais à 15 ans, la réalité la rattrape et la frappe de plein fouet : burqa, tâches ménagères, chaperonnage obligatoire, interdiction de voir ses amis, de parler aux garçons... Mais Farrukh, malgré le choc, va choisir de se battre à sa façon.

Au-delà du thème particulier, traité de manière fine et intelligente, et à travers cette histoire de club d'aviron, l'auteur nous offre un très beau roman sur la recherche de soi. On découvre, au fur et à mesure des "changements de genre", un jeu d'écriture sur les féminis et masculins. Quand le narrateur parle, il opte pour le genre du personnage principal à l'instant T, tantôt homme, tantôt femme. Lorsque Farrukh écrit ses pensées, il parle de lui au masculin, même après être forcé à redevenir femme. Tant qu'il n'accepte pas qui il/elle est, le changement de genre ne s'opère pas dans son langage. Mais la vie, les sentiments qu'il a pour sa famille et Sohrab, le porteront à se redéfinir, et à enfin assumer cette différence, ce choix, d'être une femme élevée comme un homme, et à poursuivre sa vie comme il/elle l'entend...

Bref, un roman touchant, étonnant, qui en dérangera certains par son sujet particulier, mais qui reste parfaitement accessible (et assez court), pour tous lecteurs curieux de découvrir un peu plus la culture afghane, dès 13/14 ans.

Retrouvez une interview de l'auteur et quelques extraits sur la page du roman chez Actes Sud Junior.