Seuls au monde, Tome 1, d'Emmy Laybourne, Hachette, 2013, 352 pages, 15.90€, 9782012036482.

9782012036482FS

Résumé:

« Ta mère te crie que tu vas louper ton bus. Tu ne prends ni le temps de la serrer dans tes bras ni de lui dire que tu l’aimes. Forcément… Tu dévales juste l’escalier et tu sprintes jusqu’à l’arrêt de bus. Sauf que, si c’est la toute dernière fois que tu dois voir ta mère, tu te mets à regretter de ne pas avoir pris le temps. Y compris de ne pas avoir raté le bus. Là, le mien arrivait, alors j’ai sprinté. » Dean aurait vraiment dû dire au revoir à sa mère. Lui, son petit frère, ainsi que tous les autres passagers des bus qui devaient les conduire, comme tous les jours, à l’école. Mais comment auraient-ils pu deviner ce jour-là qu’une catastrophe écologique les pousserait à se réfugier dans un supermarché ? Au-dehors, le monde est en proie à des tempêtes qui ravagent leur petite ville, des fuites de produits chimiques rendent les gens violents ou paranoïaques… ou les tuent, tout simplement. Ils sont quatorze, ils ont entre cinq et dix-sept ans, et ils doivent survivre et garder espoir.

Mon avis:

Un très bon roman pour les amateurs de sensations fortes! Même si par le sujet, l'ensemble du roman se passe dans un supermarché, on ne s'ennuie pas une seconde, la tension ne retombe jamais, et on vit au rythme des jeunes survivants, coincés entre eux, obligés de s'organiser pour survivre. 

Si vous aimez les livres à suspense, qui font penser à de bons films américains, "Seuls au monde" est fait pour vous ! De la première à la dernière page, on a l'impression que comme les personnages, notre vie dépend de nous, de la solidarité, de la chance et du courage que nous aurons. Le huis-clos devient vite oppressant, et les pages tournent toutes seules. Difficile d'en dire plus, car ce roman se lit plus qu'il ne se résume.

Je me permets juste, vu le nombre d'avis élogieux qui courent sur internet, d'émettre un petit bémol, sur un sujet qui m'a particulièrement choqué : quelques phrases sont limite pornographiques, et je me demande comment un éditeur aussi connu, qui choisit en plus une couverture très "jeunesse" peut laisser passer ça... En dehors du vocabulaire plus que cru de deux passages (oui, c'est peu, mais déjà trop), qu'il aurait peut être fallu modérer à la traduction (ou bien le problème vient-il de là?), le comportement des ados de 16 ans, qui mattent et font des remarques salaces sur une jeune fille de 13 ans m'a vraiment gêné. Même s'il est évident que ce genre de dialogues et de remarques correspondent à ce qui se passerait dans un tel contexte, je trouve ça déplacé en littérature "jeunesse". Pour moi, soit il faut le faire passer en science-fiction adulte, mais ne plus le catalogué comme respectant la loi destinée à la protection du public "jeunesse", soit il faut modifier ces quelques passages. Je suis loin d'être partisane de la censure, mais comme ce roman va être lu par des jeunes lecteurs, et que les conseils de lecture qui circulent sur le net le situe accessible dès 12/13 ans, je trouve ça plus que limite ! Fin du coup de gueule ! A bon entendeur ...

Néanmoins, dès 15 ans, il reste une vraiment bonne lecture, divertissante et prenante! Je découvre avec plaisir qu'une suite existe!